CSC France, une société à la santé sociale vacillante, qui s’apprête à vivre la plus grande transformation depuis sa création !

Malgré les plans de « qualité de vie au travail », où on vous apprend en quelques slides à ne plus être stressé par votre management qui vous presse comme un citron, les indicateurs de stress professionnel et d’absentéisme se multiplient au sein de CSC France. Ainsi, en janvier 2016, plus de 70 salariés ont été mis en arrêt maladie longue durée (plus de 30 jours) pour cause de maladie, accident du travail ou mi-temps thérapeutique !

De même, le nombre de salariés présentant une tension élevée dans le cadre des visites médicales est important et on constate que sous la contrainte de leur management, certains salariés restent sur leur mission au lieu d’aller à la visite médicale, ce qui peut leur être reproché par la suite.

Et pour finir, un nouveau départ de CSC, celui de notre directrice des affaires sociales qui venait tout juste de nous rejoindre fin décembre 2016… Comment, dans ces conditions, peut-on parler de dialogue social au sein de CSC ?

Se pose alors la question de comprendre comment CSC France a pu obtenir une certification « Top Employers 2017 » pour ses qualités de gestion RH, avec un climat social aussi défavorable ??? La CFTC enquête (Les sociétés obtenant cette certification se portent-elles vraiment bien d’un point de vue social ? N’est-ce pas le moyen de se racheter « une bonne image » auprès du marché de l’emploi ? Combien CSC France a payé pour obtenir cette certification ?) et vous fera prochainement un retour sur cette affaire !

Publicités
Publié dans Ambiance, Licenciements et PSE

PSE sur les fonctions support : les licenciements continuent malgré l’opacité de la procédure…

Une commission de suivi du PSE a été mise en place afin d’assurer la conformité du déroulement de cette procédure de licenciement collectif, dont le motif économique qui n’est pas avéré selon les experts de la commission économique du CE…

Pourtant, la Direction refuse que les membres de la commission de suivi du PSE puissent suivre convenablement la mise en œuvre de cette procédure, en ne remettant pas les résultats de l’application des critères d’ordre nécessaires au reclassement en interne.

Bizarrement, dans le cadre des propositions de reclassement, les postes vacants suite au refus des salariés auxquels ils ont été proposés ne sont pas proposés à d’autres salariés touchés par le PSE. On constate également qu’après plus de 3 mois, les postes du service du personnel sont encore pourvus par des intérimaires en renfort des deux postes restants suite au PSE. Dans ces conditions, pourquoi ne peut-on pas proposer un troisième poste dans le cadre du reclassement ?

Notons également que la plupart des salariés inclus dans ce PSE faisaient déjà partie du projet Diamond (ancien PSE initié en 2013 et que la Direction avait dû abandonner…). Pourtant, ils n’ont bénéficié d’aucun accompagnement qui aurait permis d’assurer leur employabilité. Il semblerait que pour CSC, les salariés des fonctions support sont des ressources qui doivent être automatisées ! Qui sont les prochains ?

Publié dans Licenciements et PSE

TEPA, licenciements, rétrogradations, réunions tardives…

Les représentants des salariés ont demandé à la Direction de communiquer la liste des tranches d’âges des personnes entrant et sortant de la société. En effet, les salariés âgés de plus de 50 ans semblent être particulièrement concernés par les derniers départs de CSC, départs souhaités ou non par les salariés !

La Direction indique qu’il n’existe pas de consignes particulières pour contester son Job Title. Venez voir la CFTC, nous vous expliquerons comment faire !

Les BU organisent régulièrement des formations internes entre 18h30 et 19h30. La Direction indique que la présence à ces réunions ne peut être rendue obligatoire et les IRP précisent qu’il convient de veiller à ce que les collaborateurs qui décident de ne pas y aller n’en subissent pas de préjudice.

En décembre 2015, la CFTC avait refusé de signer le nouvel accord de mutuelle proposé en urgence par la Direction, du fait notamment des incertitudes liées à des remboursements d’optique non garantis. Aujourd’hui, les élus demandent à la Direction de renégocier les garanties optiques avec Aon car les remboursements sont insuffisants pour les montures enfants notamment…

Suite à une demande de la CFTC, la Direction admet que 744 salariés ont d’ores et déjà écrit à l’entreprise et 726 ont reçu, en application du jugement gagné par la CFTC, une réponse concernant le décompte des heures supplémentaires donnant droit à une indemnisation TEPA. Alors n’hésitez plus, venez vous aussi monter votre dossier TEPA avec la CFTC !

Publié dans Job Titles, Licenciements et PSE, Mutuelle, TEPA

Un bilan social très défavorable au sein de CSC France

La consultation sociale 2016 a mis en évidence une situation sociale très éprouvante pour les salariés de CSC. La réduction des effectifs s’est intensifiée (diminution de 10% des effectifs en 2015), facilitée par un turn-over et un taux de départs élevés. Parallèlement, l’absentéisme pour maladie ne cesse de croître.

Le rapport du médecin du travail fait état d’une surcharge de travail quasi généralisée et d’une entreprise en pleine perte de repère pour beaucoup de salariés dans une logique de mutations organisationnelles.

L’accroissement des départs ne peut laisser indifférent, avec une hausse significative des départs subis ou négociés.

Les membres du CHSCT ont également alerté la Direction sur l’augmentation accrue des Risques Psycho-Sociaux et la dégradation de la santé des salariés !

Publié dans Ambiance, Licenciements et PSE

Fusion entre CSC et HPE annoncée pour le 1er avril 2017

Faisant suite aux opérations de scission menées au sein de CSC monde et d’HP, la création d’une nouvelle entité regroupant CSC et les activités de services d’HPE a été annoncée.

La finalisation de cette opération est prévue au 31 mars 2017 pour la partie commerciale et au 1er avril 2017 pour la partie financière, avec des objectifs très ambitieux en termes d’économies générées (1 milliard de dollars d’économie à générer la première année).

Mike Lawrie a été élu pour prendre les rênes de ce nouveau groupe International, concurrent d’IBM et d’Accenture. Au vu des actions menées depuis plusieurs mois pour générer des économies sur la masse salariale de CSC France (licenciements, PSE…), nous ne doutons pas que des mois difficiles nous attendent avant et après l’entrée dans ce nouveau groupement !

Publié dans Fusion CSC-HPE

TEPA : halte à la désinformation !

La CFTC ne cède pas et défend vos droits aux niveaux collectifs et individuels (encore pionnière devant la cour de Cassation !) en vue de récupérer le paiement de votre dû TEPA !

Compte-tenu de l’ancienneté de la créance, des délais de procédure et de la prescription, il est de l’intérêt de tous de vous regrouper pour accentuer la pression sur CSC et faire juger vos dossiers tous ensemble. Il n’est pas trop tard pour contester et pour monter vos dossiers TEPA. Nous accompagnons déjà un grand nombre de salariés et anciens salariés de CSC dans leurs procédures. L’avocate qui assurera le suivi des dossiers est celle qui a obtenu les décisions en faveur des salariés de CSC depuis l’origine de la procédure TEPA et jusqu’à ce jour.

Si ce n’est pas déjà fait, envoyez une lettre AR à la Direction de CSC France pour demander le récapitulatif de vos droits (cf. modèle de lettre disponible auprès de la section CFTC).

Rejoignez le recours collectif en prenant contact avec la section CFTC chez CSC, qui vous donnera la marche à suivre pour constituer vos dossiers. Ces dossiers pourront être remis lors de la réunion d’information que nous organisons en vue d’une nouvelle saisine massive.

Inscrivez-vous en envoyant un mail à cftc.csc@orange.fr avant le jeudi 8 décembre, pour participer à la prochaine réunion d’information TEPA prévue le mercredi 14 décembre !

Publié dans TEPA

PSE sur les fonctions support et rumeurs d’un nouveau PSE avant la fusion avec HPE

Après une seconde tentative et une activité sociale très chaude, la Direction de CSC sabre le champagne car elle vient d’obtenir l’homologation de son PSE sur les fonctions support (35 salariés concernés).

La CFE-CGC qui est majoritaire au CE n’a pas contesté la décision d’homologation, contrairement à ce qui avait été convenu entre élus, de sorte que le recours des organisations syndicales est à ce jour irrecevable. Les syndicats FO et CFTC réclament donc la démission de la secrétaire CFE-CGC du CE, car cette majorité ne respecte pas les décisions prises à l’unanimité (notamment aucun avocat n’a été mandaté par le CE pour s’opposer à ce PSE, contrairement aux annonces faites).

Cependant, cette homologation au niveau collectif ne signifie pas pour autant que ce PSE n’est pas contestable au niveau individuel. En effet, le fait qu’une entreprise cherche à être plus performante ne justifie pas à lui seul une réorganisation se traduisant par des licenciements économiques, surtout lorsque la survie de l’entreprise n’est pas remise en cause (cf. arrêtés de la Cour de Cassation,17 octobre 2007 n°06-42.811, 9 mars 2004 n°02-41.883 et 13 mai 2003 n°00-46.766). La CFTC a donc d’ores et déjà mandaté ses avocats pour prendre la défense de plusieurs salariés des fonctions support concernés par ce PSE.

Parallèlement, des rumeurs persistantes courent depuis plusieurs mois au sein de CSC sur la mise en œuvre d’un PSE de grande ampleur (plusieurs centaines de personnes) dans les prochaines semaines. Nous rappelons à la Direction de CSC que la CFTC s’opposera de manière systématique aux nouvelles tentatives de PSE injustifiés et à tous les licenciements abusifs !

Publié dans Licenciements et PSE