PSE sur les fonctions support : les licenciements continuent malgré l’opacité de la procédure…

Une commission de suivi du PSE a été mise en place afin d’assurer la conformité du déroulement de cette procédure de licenciement collectif, dont le motif économique qui n’est pas avéré selon les experts de la commission économique du CE…

Pourtant, la Direction refuse que les membres de la commission de suivi du PSE puissent suivre convenablement la mise en œuvre de cette procédure, en ne remettant pas les résultats de l’application des critères d’ordre nécessaires au reclassement en interne.

Bizarrement, dans le cadre des propositions de reclassement, les postes vacants suite au refus des salariés auxquels ils ont été proposés ne sont pas proposés à d’autres salariés touchés par le PSE. On constate également qu’après plus de 3 mois, les postes du service du personnel sont encore pourvus par des intérimaires en renfort des deux postes restants suite au PSE. Dans ces conditions, pourquoi ne peut-on pas proposer un troisième poste dans le cadre du reclassement ?

Notons également que la plupart des salariés inclus dans ce PSE faisaient déjà partie du projet Diamond (ancien PSE initié en 2013 et que la Direction avait dû abandonner…). Pourtant, ils n’ont bénéficié d’aucun accompagnement qui aurait permis d’assurer leur employabilité. Il semblerait que pour CSC, les salariés des fonctions support sont des ressources qui doivent être automatisées ! Qui sont les prochains ?

Cet article a été publié dans Licenciements et PSE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.