Un projet de déménagement très impactant sur vos conditions de travail !

500 postes de travail en moins dans la nouvelle tour (6 étages réservés à CSC au lieu de 12 aujourd’hui) ! La suppression des postes de travail assignés conduira les salariés à rechercher une place dans l’espace alloué à leur BU (place qu’on espère être disponible…). La réduction du coût des locaux est un objectif louable, quand ça ne se fait pas au détriment des conditions de travail des salariés et que ça ne constitue pas une incitation visant à se débarrasser d’un nombre croissant d’entre eux !
Les membres du CHSCT n’ont pas été associés aux processus de sondage d’occupation du Balzac. La Direction de CSC a pris l’initiative, sur une démarche non vérifiable, de n’aménager que 750 postes de travail dans la tour Carpe Diem, en ajoutant 369 emplacements « disponibles » dans des salles de réunion.

Si la Direction prend le risque de ne pas affecter suffisamment de postes de travail à ses salariés sur la Défense, la CFTC exige :
– Qu’une autorisation d’absence payée soit allouée systématiquement à toute personne qui, arrivant sur site, ne trouve pas de poste de travail disponible et se voit contrainte de retourner à son domicile (en aucun cas cette situation ne doit légitimer une absence injustifiée)
– Ou si un accord est trouvé entre les deux parties, que le télétravail soit déclaré, au vu des circonstances exceptionnelles, comme le prévoit déjà l’accord de télétravail

Cet article a été publié dans Carpe Diem. Ajoutez ce permalien à vos favoris.